News des belges du bout du monde En direct d’Abomey, Afongadja à tous !

Le 09/04/2012
                
Nous sommes le lundi 9 avril, et voici notre dernière news. En effet, nous quittons Abomey ce matin et nous n’aurons plus l’occasion d’écrire durant la semaine itinérante. Donc, savourez bien ces nouvelles…

La semaine de chantiers vient de se terminer, parfois harassante, mais tellement riche en découvertes et prises de conscience. Jeudi soir, nous avons passé la soirée à échanger sur les leçons de cette étape importante du projet, et les jeunes ont pu témoigner de tout ce qu’il leur semblait avoir déjà appris. Ils ont découvert les Béninois au travail, et quelques mots sont revenus souvent au cours de cet échange : courage, motivation, enthousiasme, optimisme… Ils ont aussi été frappés par l’engagement de beaucoup de Béninois pour le développement de leur société, que ce soit dans les soins de santé, dans l’aide aux personnes fragilisées, dans l’évolution du statut de la femme, etc. Ils ont découvert aussi, bien-sûr, des aspects moins positifs : le manque d’infrastructures et d’outillage, le manque d’argent pour financer des projets, une désorganisation et un manque de cohérence dans la conduite de certaines actions. Tout n’est pas rose ici, et c’est bien pour avoir une image plus juste de la réalité que nous sommes là. Jeudi soir, tous les jeunes ont pu dire que leur regard sur l’Afrique avait changé. C’est formidable.


Les chantiers économiques ont été un moment clé dans cette semaine : chaque jeune a eu l’occasion de partager une journée de travail avec un acteur économique local. Ils se sont transformés pour quelques heures en tisserand, en vendeur de glace ambulant, en menuisier, en laveur de motos ou en serveur au maquis (bar local). Comment mettre à bas certains préjugés, sinon en partageant la réalité des autres. Cette découverte s’est souvent faite dans la bonne humeur, mais parfois en éprouvant la difficulté de la chaleur étouffante, d’un engagement physique important et des interpellations innombrables des Abomeyins, très étonnés de voir un Yovo (traduisez blanc) réaliser ce genre de travail (témoignage d’un jeune : je comprends enfin ce que être un étranger signifie).


Tous les autres chantiers se sont également bien déroulés. Nous avons terminé de planter les orangers de l’orphelinat. Là aussi, le travail a été éprouvant mais jeunes belges et béninois ont formé une bonne équipe et aujourd’hui, de centaines de petits arbres attendent de croître et de porter des fruits. Planter un arbre, c’est vraiment un geste symbolique important, et beaucoup de jeunes l’ont ressenti. Au CAORF, Centre d’Adaptation Orthopédique et de Rééducation Fonctionnelle (animation d’enfants), nous avons été surpris de voir à quel point les gens font des miracles d’ingéniosité pour permettre à des dizaines et des dizaines d’enfants de remarcher. Les fondateurs de ce centre (David et Maman Aude) sont partis de rien et il y en en permanence une quarantaine d’enfants qui bénéficient là de soins qu’ils ne pourraient trouver nulle part ailleurs.  Durant toute la semaine, nous avons tissé beaucoup de liens avec eux et leurs mamans. Nous avons beaucoup chanté, bricolé, discuté et rigolé et ça n’a pas été facile de se dire au revoir hier. Le chantier santé a aussi connu son lot d’émotions. Les jeunes qui y ont participé ont pu partager le quotidien d’un centre de santé. Les aides-soignantes font preuve d’efficacité malgré le manque de moyens. Nous avons pu assister à des consultations prénatales, observer la réalisation de dépistages HIV, participer à une séance de vaccination, … Deux d’entre nous ont même eu la chance d’assister à un accouchement ! Fabuleux moment !


Enfin, le chantier radio a été une super expérience pour ceux qui y ont participé, tant Belges que Béninois. Sur les ondes de « Royal FM », en compagnie de l’animateur Bell Junior, les jeunes ont partagé leur vision de leur pays respectifs, de la condition de la femme, de l’éducation et de la sécurité alimentaire. Sachant que plus de 90% de la population d’Abomey écoute cette station, c’est presque toute la ville qui a pu profiter de cette rencontre des cultures et des valeurs. Formidable !


Nous avons donc tourné la page des chantiers, mais le livre du projet n’est pas terminé. Ce matin, les jeunes belges ont été invités dans la famille de leur correspondant. Ils ont donc découvert où ils vivaient et  entrer plus profondément en contact avec le quotidien des gens d’ici. Tous ont été frappés par la simplicité dans laquelle ils vivent. Peu de pièces, peu d’objets, mais un accueil tellement chaleureux. Cette après-midi, autre activité phare : le Parlement des jeunes. Belges et Béninois se sont retrouvés pour adopter une série de mesures concernant le statut de la femme et l’immigration. Ils ont débattu avec conviction, parfois avec fougue, mettant en évidence des différences culturelles mais aussi des valeurs communes comme le respect, l’égalité, le droit de vivre correctement, de ne pas subir de violences, etc. Ils ont donc, avec sérieux, revêtu l’habit de parlementaires, élu un président et des secrétaires, se sont appelés entre eux « Honorable Untel » et ont taché de faire entendre leur voix. On a raison de croire dans la force d’engagement des jeunes. Pour clôturer ce samedi soiree à la « Fleur Bleue ».


Nous n’allons pas encore vous livrer tous les détails de la semaine prochaine. Sachez cependant que nous partonsce matin pour une immersion dans le village d’Allahé où ALDIPE (ONG béninoise partenaire de DBA) a mis en place des projets de développement que vos enfants ont contribué à financer. La prise de conscience risque là aussi d’être importante, parce que nous serons vraiment à la campagne et que peu de gens parlent le français. Nous n’aurons qu’à ouvrir notre cœur à l’inconnu et à la rencontre.


Nous essayerons de poster un dernier message samedi prochain en fin de journée pour confirmer notre vol de retour. D’ici là, nous vous souhaitons une très belle semaine.


Prochaines nouvelles à l’aéroport…

Inscrivez-vous à notre newsletter