Se mobiliser auprès de nos proches pour soutenir l'action de nos partenaires au Sud

Le 30/04/2009

… ou comment sensibiliser nos proches à l'action, pour l'action. Témoignage.

Depuis le mois de février, je participe à l’action ‘‘Sahel Vert’’, organisée par l’ONG belge DBA, avec une centaine de jeunes de mon âge (15-17ans). Cette action finance, grâce à une récolte de fonds que nous organisons, des projets au Sud tels que la construction d’un micro-barrage au Burkina Faso ou le réaménagement de bas-fonds au Bénin. C’est d’ailleurs là que je partirai cet été pour un séjour d’immersion de 3 semaines avec 20 autres jeunes inscrits à DBA et avec lesquels je me suis lié d’amitié depuis le début de l’année.

L’action vise à deux choses principalement : lutter contre la désertification dans la région du Sahel et sensibiliser les jeunes et les habitants du Nord aux inégalités qui existent entre Nord et Sud. Pour atteindre ces buts, nous avons organisé une récolte de fonds qui, en plus de financer les projets de nos partenaires, nous donne l’occasion de parler à notre entourage des actions menées par nos partenaires au Sud et de le sensibiliser aux difficultés vécues par les populations d’Afrique de l’Ouest, tout en pouvant réfléchir à notre propre engagement. C’est dans ce cadre que j’ai déjà, comme d’autres jeunes participants au Do It 2009, vendu des bics, envoyé des lettres explicatives du projet à mes proches et à mon entourage ou même tenu un vestiaire lors d’un évènement. J’espère pouvoir encore refaire de telles actions avant de partir en Afrique. Ces différentes activités m’ont permis de faire connaître le projet et de l’expliquer, parfois en détails. J’ai même eu des témoignages de gens qui étaient déjà partis là-bas. J’en ai aussi discuté avec certains de mes amis ou avec mes proches car je crois que nous sommes tous autant concernés et que si tout le monde en parle, peut-être que certaines personnes réfléchiront plus à leur manière d’agir au quotidien et essayeront aussi de se bouger.

Donc, en plus de montrer à la population occidentale les problèmes que vivent beaucoup de personnes au Sud et de les faire participer, même de façon infime, à la vie citoyenne et mondiale, l’action ‘‘Sahel Vert’’ lutte contre la désertification, en finançant des projets mis en œuvre par nos partenaires béninois et burkinabé. J’apprécie particulièrement cela car, même si ce n’est pas énorme, cela nous permet de poser un acte qui va améliorer les conditions de vie des populations locales. En effet, par la création du micro-barrage, par exemple, les villageois vont avoir un accès à l’eau pour leurs cultures ou pour leur bétail, ce qui va donc leur permettre d’avoir plus de nourriture et même d’en produire assez pour en vendre, et ainsi en profiter autrement. De plus, lorsque nous nous rendrons au Bénin en juillet, outre le fait de découvrir une nouvelle culture et d’avoir des échanges extraordinaires, nous allons pouvoir observer l’évolution et l’accomplissement des projets et même participer à ceux-ci en plantant des arbres. Ainsi, nous nous investirons encore plus et nous ferons quelque chose de plus concret que simplement récolter des fonds. Nous pourrons parler, discuter, nous informer auprès des populations bénéficiaires, pour échanger et nous apprendre mutuellement plein de choses.

J’ai décidé de participer à cette action pour découvrir un autre monde et pour être un citoyen plus actif, tout en essayant de faire mon possible pour entraîner d’autres personnes de mon entourage dans ce genre de projet. Ce qui est bien, c’est qu’il travaille sur la durée et s’adresse principalement à tous, et à nous plus en particulier, nous les jeunes qui serons le monde de demain.

François, 16 ans.

Inscrivez-vous à notre newsletter