Stage au Burkina pour deux futurs médecins : leurs impressions...

Le 25/10/2004
Au sein du magnifique village Mossi de La, tenant les mains d'enfants malades, pour la première fois nous nous sommes sentis soignants. En compagnie de Souleymane, le Major du dispensaire, nous avons effectué nos premières vaccinations, établi nos premiers diagnostics, rédigé nos premières ordonnances, suturé nos premières plaies, mis au monde nos premiers nourrissons et consolé nos premiers jeunes patients...

Durant ces 3 semaines passées là-bas, nous avons pu toucher au plus près les réalités quotidiennes d'un dispensaire africain : les patients démunis qui n'ont pas accès aux médicaments, les vaccinations réservés aux enfants de moins de onze mois, les blessés qui laissent s'aggraver leurs plaies en attendant de pouvoir payer les pansements, les femmes enceintes qui doivent parcourir plusieurs dizaines de Km de piste à pied pour se rendre à la consultation, les tombes creusées à côté du dispensaire pour des patients décédés de pathologies aisément curable dans un CHU européen...

Mais c'étaient aussi l'entraide des femmes se relayant au chevet des parturientes, l'accueil sincère des villageois au sein de leur communauté, l'allégresse toute simple d'une célébration de baptême, la joie de vivre quotidienne malgré les aléas... Au détour d'un sourire d'enfant, d'une main tendue de vieille femme, c'est le coeur de l'Afrique que nous avons senti battre en nous. Et ces visages gravés dans notre mémoire influenceront à jamais notre manière de pratiquer l'art d'Hippocrate.

Pierre Cole et Cecilia Naranjo

Inscrivez-vous à notre newsletter