Des nouvelles du BK1

Le 05/07/2012
                        
Jusqu’à présent, notre Do It se déroule à merveille. Nous faisons chaque jour de nouvelles découvertes qui nous font, tour à tour, sourire, réfléchir et remettre en question notre vision du monde et de l’Afrique.

Chers parents, chers amis, Néyébéogo (Bonjour en Mooré, le dialecte le plus répandu du Burkina),

Jusqu’à présent, notre Do It se déroule à merveille. Nous faisons chaque jour de nouvelles découvertes qui nous font, tour à tour, sourire, réfléchir et remettre en question notre vision du monde et de l’Afrique.

Lors de notre premier jour d’acclimatation à Ouagadougou, la capitale, nous avons eu l’occasion, pour une partie d’entre nous, de partager, avec beaucoup d’intérêt, le quotidien de femmes ou d’associations de femmes actives du Burkina. En effet, ici, elles sont souvent les premières à devoir batailler pour se ménager une place reconnue dans la société africaine. Quant à l’autre partie du groupe, nous avons pu participer à une activité théâtrale autour du thème des stéréotypes et préjugés organisée par le PAJE. Il s’agit d’une association d’aide à la jeunesse qui encourage l’épanouissement personnel des jeunes burkinabés et les soutient, notamment dans leurs recherches d’emploi.

Ensuite, après cette première journée déjà très riche en échanges et qui nous a laissé des images, des sons et des odeurs plein l’esprit, nous sommes partis pour Koudougou et le CET, le Centre d’Enseignement Technique qui sera notre maison pour 2 semaines. Là-bas, nous avons été confrontés aux premiers imprévus à l’africaine, en l’occurrence, une coupure d’eau qui nous a obligés à nous laver à la pompe !

À peine installés dans notre nouveau chez nous, nous avons rencontré nos correspondants lors d’un rassemblement débordant d’énergie et de motivation, surtout de la part des africains mais aussi rempli d’émotion pour tous. Enfin, nous avons pu, au son des djembés et des chants de groupe, mettre un visage sur les mots et les lettres qui, pour certains, nous avaient déjà été envoyés en Belgique. Puis, nous somme partis tous ensemble faire un tour dans la ville de Koudougou, ce qui nous a déjà permis d’établir les premiers contacts et d’échanger les premières nouvelles entre Belges et Burkinabés.

Au cours de l’après-midi qui a suivi, nous avons quitté nos correspondants pour visiter le dispensaire de Nandiala qui hébergera, pendant un jour et demi, les participants du chantier santé. Nous avons été fort impressionnés par le manque de moyen mais surtout par le courage et l’investissement de Souleymane, le major responsable du dispensaire qui a répondu à nos questions avec beaucoup de gentillesse mais sans rien dissimuler des difficultés rencontrées au cours de son dur métier.

En rentrant au CET, nous avons vécu notre premier orage africain ! Cette expérience nous a fort impressionnés et a sûrement contribué à créer une chouette ambiance au sein de notre groupe, tout comme la finale de l’Euro que nous avons pu suivre sur une petite télévision installée dans le réfectoire.

Notre deuxième journée à Koudougou n’en a pas moins été riche en émotions puisque nous avons assisté à la cérémonie d’ouverture de notre chantier reboisement au village de Banko. Cela nous a permis de mesurer l’importance de ce chantier pour la population qui nous a fait don d’un superbe mouton que nous avons malheureusement dû laisser sur place. Au cours de cette cérémonie, nous avons pu, une fois de plus, constater la motivation, l’énergie et les talents de danseurs de nos amis burkinabés.

Après la plantation de l’arbre symbolique, nous sommes revenus manger au CET, puis repartis en direction du village de Kamsi qui accueillera le chantier animation d’enfants. Nous avons été particulièrement frappés par les magnifiques sourires qu’arborent tous ces enfants, mais qui cachent mal la précarité de leur mode de vie.

Enfin, après ces trois jours d’acclimatation, nous avons commencé nos chantiers : chantier reboisement, primaire et économique. Malgré la fatigue, le manque de confort, la pluie et la chaleur, tout se passe à merveille pour les Nassaras (Blancs en Mooré) ! À la fin de chaque journée, nous revenons époustouflés par tout ce que nous avons vu et vécu. Même les choses les plus banales en Europe, prennent ici des allures de miracles. Nous retrouvons le plaisir de savourer les petites choses du quotidien comme un bon repas pour se remettre du travail fourni au chantier reboisement ou encore une douche bien fraîche pour se laver de toute cette poussière rouge accumulée durant la journée. L’accueil, ici, est incroyable ! Les gens se sourient et se saluent à chaque coin de rue et les opportunités d’en apprendre plus sur la culture, les coutumes et les réalités africaines sont partout.. Que la Belgique semble déjà loin dans notre mémoire si pleine des moments intenses vécus ici !

Soyez tranquilles en tout cas, on vous racontera tout en détail dès notre retour. Nous espérons que tout va bien aussi de votre côté et nous pensons fort à vous !

À bientôt,


Les Doïtiens du BK1 2012


Inscrivez-vous à notre newsletter