QUAND L'EAU DEVIENT PLUS PRECIEUSE QUE L'OR

Le 17/03/2009

Vous voulez connaître l’un des enjeux majeur de ce siècle ? L’accès à l’eau, qui nous paraît si banal ici alors que tant de gens souffrent de ne plus en avoir assez.

Quelques chiffres qui en disent long :   aujourd’hui, près d’un l milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, dont une grande partie en Afrique et 85% des eaux usées sont évacuées sans traitement. Un Belge consomme en moyenne 120 litres d'eau quotidiennement (un habitant du Sahel en Afrique de l’Ouest en consomme 20), mais cela, c’est sans parler de la consommation d’eau virtuelle, celle que l’on calcule en tenant compte de l’eau nécessaire à la fabrication des vêtements (il faut 5.000 litres d’eau pour produire un vêtement en coton de 500 grammes), de la viande (pour produire votre steak de bœuf de 300 grammes, il aura fallu 4.500 litres d’eau) , des automobiles (400.000 litres d’eau pour produire une automobile), etc … : compte tenu de tout cela, l’on estime que virtuellement, un belge consomme 5.000 litres d’eau par jour. Vous avez bien lu, 5.000 litres. De quoi faire réfléchir.

Actuellement, jusqu'au 22 mars, se tient à Istanbul le forum mondial de l’eau, pour discuter de tout cela. On ne parle pas assez de ce forum dans les médias, dommage, mais rien ne vous empêche de vous y intéresser (sur Internet), car c’est vraiment un sujet qui nous concerne tous. N’oublions donc pas à notre niveau de plaider et d’agir nous-mêmes pour une consommation d ‘eau citoyenne, non gaspilleuse : préférez une douche à un bain, ne laissez pas couler inutilement les robinets (pas besoin de laisser partir 15 litres d’eau (= un robinet qui coule pendant 3 minutes) pour se laver les dents), ne lavez pas votre voiture tous les 2 jours, etc ...

En Afrique de l’Ouest, au Burkina-Faso et au Bénin, deux des pays parmi les plus pauvres du monde, DBA a choisit depuis 20 ans d’axer ses interventions principalement sur l’eau. Là-bas, c’est LA problématique numéro 1,   il ne pleut que 4 mois par an et quand la saison des pluies est mauvaise, tous les villages sont menacés de famine.  Nous avons dès lors décidé d'agir dans ce domaine et opté en partenariat avec les ONG et populations locales pour des solutions simples, efficaces, utiles : construction de micro-barrages pour constituer des réserves d’eau de culture, construction de forages pour augmenter l’accès à l’eau potable, sensibilisations à l’hygiène et travaux d’assainissement pour lutter contre les maladies hydriques qui tuent tellement.

Et ça marche. Villages qui reverdissent, récoltes plus abondantes, accès permanent à l'eau. Ce sont ainsi des milliers de personnes qui bénéficient de conditions de vie améliorée.

Oui, l’eau peut être plus précieuse que l’or.  

Merci à travers votre soutien à nos actions et vos gestes quotidiens de l’avoir compris.

Inscrivez-vous à notre newsletter