Le retour tant attendu de Pie Tshibanda pour son deuxième spectacle ‘’Je ne suis pas sorcier’’

Le 24/10/2006
Certains d’entre vous se souviennent certainement de ce congolais, originaire du Katanga, qui était venu nous conter l’histoire de son exil du Congo vers la Belgique au travers de son spectacle ‘’Un fou noir au pays des blancs’’.

C’est avec humour et sensibilité qu’il avait témoigné de son combat contre les suspicions, les incompréhensions et les préjugés…autant de difficultés qui n’épargnent guère les candidats réfugiés politiques qui arrivent en Belgique.
La justesse, la simplicité et l’humanité de ses paroles avaient alors touché un public belge qui se retrouvait mis face à ses propres défauts, son intolérance, sa méfiance…Une prise de conscience parfois difficile mais nécessaire et appréciée quand on sait que chacun de nous peut changer, que les préjugés peuvent tomber pour laisser place à l’ouverture et la tolérance.

Cette fois, Pie nous convie une nouvelle fois à réfléchir et à nous remettre en question. Il nous parle de nos enfants, de l’éducation que nous leur offrons, de nos femmes et de nos maris, de l’Amour, de la Mort et de la Vie. Il met côte à côte africains et européens et se rit des différences culturelles qu’il considère comme une source d’enrichissement inépuisable. Il est loin aujourd’hui le temps où le candidat réfugié Pie Tshibanda frappait aux portes de notre pays. Pie a pris le temps de nous voir et de nous entendre : il a beaucoup appris et nous offre, aujourd’hui, la vision qu’il a de nous. C’est une nouvelle fois avec beaucoup de discernement, d’humour et de coeur qu’il nous touche dans notre vécu, nous inspire et nous prodigue un nouveau souffle d’humanité.

Ne manquez pas cette occasion de vous faire plaisir intelligemment :
• 1000ème de ‘’un fou noir au pays des blancs’’ le 27 octobre à 20h00 au cirque royal
• Nombreuses représentations de ces deux spectacles (http://users.skynet.be/pie.tshibanda/home.htm)

Sandra Lambillotte, permanente.

‘’Le bon sens, la lucidité et la tempérance ne l’ont pas quitté, graines de résolution de bien des conflits, domestiques ou élargis. Un regard perçant sur le présent et ses contradictions, voilà ce qu’est Pie, rien de plus. Mais c’est déjà beaucoup.’’ (La Libre Belgique)

Inscrivez-vous à notre newsletter