Burkina 2 : Koudougou, c'était génial

Le 27/07/2005
Chers parents, chers amis,

Après quelques soucis de connection Internet, voici des nouvelles du groupe BK2 en grande forme. Nous vous avions laissés lors de la première news au moment où nous allions entamer les 3 chantiers de Koudougou, à savoir principalement le chantier reboisement et pour certains d’entre nous le chantier primaire et le chantier santé.

Le chantier reboisement a été extraordinaire pour tous tant d’un point de vue matériel qu’humain. Sur le plan matériel contre toute attente, malgré le soleil et les problèmes de terrain, nous avons planté … 5.049 arbres (4649 eucalyptus et 400 nimiers) qui formeront dans quelques années une mini forêt et constituent d'ores et déjà un frein à la progression du désert Vous vous imaginez sans doute la fierté et le plaisir que nous avons pu ressentir. Sur le plan humain, nous ne savions pas que les échanges avec les scouts nous apporteraient autant et que ce chantier serait aussi fort en émotion. Nous avons beaucoup donné mais sans doute plus reçu encore. Ce chantier s’est clôturé par une après-midi de visite dans les familles de nos correspondants et par une grande veillée pleine de joie et de danses.

A l’école de Kamsi, les enfants étaient aux premiers abords assez timides mais au fur et à mesure, ils se sont ouverts et avaient des étoiles dans leurs yeux et le sourire aux lèvres en permanence. Leur enthousiasme pour les activités proposées (le thème général était le tour du monde) ne s’est jamais démenti. Le chantier s’est clôturé par une journée dans le village où nous avons eu l’occasion de participer à la vie d’une concession (nom des habitations villageoises) : durant la matinée nous avons pillé le mil pour le réduire en farine, macéré les feuilles d’haricots pour préparer le repas, puisé l'eau dans le puits. Nous avons ainsi pu mieux nous rendre compte des conditions de pauvreté extrêmes de ces villages. Cela fait drôlement réfléchir.

Au centre médical de Koudougou, 9 d’entre nous ont eu la chance de découvrir la dure réalité de la santé en Afrique. Ici on meurt pour un rien, dans l’indifférence de la planète. Tous ont été choqués et interpellés par le manque de moyens obligeant par exemple l’infirmier à recoudre à vif la main largement entaillée d’un patient. Nous nous sommes souvent demandé pourquoi un tel écart existait aujourd’hui entre chez nous et ici. Peut-on l’accepter ? Le chantier s’est terminé par une campagne de vaccination dans le village de Rogo. Une grosse cinquantaine d’enfants a été vaccinée – dtcoq, rougeole, fièvre jaune, polio- chacun s’est senti utile et heureux d’avoir vécu une telle expérience et ceux qui envisagent d’entreprendre des études médicales ont été particulièrement touchés.

Enfin, en plus de chantiers, nous avons pu visiter tous ensemble le micro-barrage de Lapio que nous avons financé durant l’année ; un grand lac s’était déjà formé derrière la digue longue de plus de 200 mètres, nous avons été impressionnés par la réussite du projet et l’accueil des villageois. Oui, cela valait la peine de bouger pendant l'année pur un tel résultat. Cette journée restera aussi un des moments forts de ce séjour.

Depuis hier, nous avons quitté Koudougou pour Ouahigouya (au Nord), tristes de devoir dire au revoir aux scouts, heureux de nous être rendus utiles sur les chantiers, la tête pleine de souvenirs, d’images, de visages, de sourires, de questions et d’émotions.

Merci de nous avoir permis de vivre tout cela. On pense très fort à vous, vous nous manquez, on vous aime.

Le Burkina 2.


Inscrivez-vous à notre newsletter