Deux stagiaires de retour du Burkina...

Le 10/10/2004
Le 6 septembre 2004, nous nous sommes envolés pour la première fois pour l’Afrique ; destination Koudougou. Nous y avons réalisé un stage d’un mois au sein de l’ONG Action-Micro-Barrage. Dès notre arrivée sur place, nous avons été plongés dans les décors et l’ambiance africains. Les moindres petits détails nous impressionnaient : les paysages, les pistes, le rap burkinabais, les vendeurs à chaque coin de rue, les marchés, les motos et les fauteuils sur le toit du bus…

Puis ce fut la rencontre avec les personnes de l’AMB : notre maître de stage, le directeur… Un accueil chaleureux, nous avons dû apprendre à saluer à la manière africaine : une première poignée de main pour dire bonjour puis une seconde pour demander comment va la santé, la famille, les activités… Les premiers jours de notre stage ont servi à se documenter sur les activités de l’AMB, les techniques de construction et l’aménagement des micro-barrages ainsi que de faire une première sortie sur le terrain. Après ce temps d’adaptation à la vie en ville, nous allions découvrir la vie au village, encore un monde de différence.

Afin de réaliser une enquête socio-économique, nous avons été immergé dans un village où l’AMB va implanter un micro-barrage l’année prochaine. Nous avons été accueilli comme des rois au sein d’une famille pendant trois jours. Quelle générosité envers les étrangers de la part de cette population qui subvient tout juste à ses besoins! C’est des jeunes de notre âge qui nous ont permis de surmonter la barrière de la langue et avec qui nous avons énormément échangé. Nous avons beaucoup appris sur la vie rurale et avons participé aux travaux notamment en maniant la daba (houe avec laquelle les villageois travaillent leurs hectares de champ). Comme cadeau de remerciement pour notre visite, les villageois nous ont offert des poules, des œufs et un mouton !

Notre stage s’est poursuivi par une initiation à la topographie avec des prises de mesures sur le terrain et encore de nombreuses sorties en brousse. A Koudougou, difficile de passer inaperçu en tant que blanc ; beaucoup de personnes, surtout les enfants et les jeunes, venaient nous accoster pour échanger. Nous avons lié des liens d’amitié avec certains, liens que nous espérons conserver malgré la distance qui nous sépare maintenant.

Au cours de nos visites dans les différents villages, nous avons vu des micro-barrages qui apportaient beaucoup à la population villageoise. Par cet apport technique, la vie rurale s’est améliorée particulièrement dans les villages où la population s’est bien investie dans le projet. Ce voyage restera pour nous une expérience déterminante dans notre formation et surtout dans notre vie. Les burkinabés nous ont beaucoup touché par leur simplicité, leur accueil et leur joie de vivre.

Géraldine Bauwin
Julien Minet

Inscrivez-vous à notre newsletter