BK1 Tous copains!

Le 06/07/2018
                        

Ni yibeogo (bonjour en burkinabé),

Cela fait maintenant une semaine que nous sommes arrivés au Burkina et nous avons déjà vécu énormément de découvertes, de rencontres, d’aventures.

Notre séjour a bien commencé dès notre arrivée à Ouagadougou, c’est à dire sans 30 de nos valises : Qui dit mieux ? De quoi nous mettre directement dans le bain de l’entraide et de la débrouillardise. Pas de panique: Nous les avons récupérés! Premier pas sur le bitume, première sensation de poussière sur la peau, première bouffée de chaleur, premiers paysages derrières les vitres du minibus.

Les deux premiers jours ont permis de nous acclimater en découvrant le PAJ (Point Accueil Jeunes), centre pour jeunes créé par notre partenaire burkinabé ASMADE qui met à disposition un espace d’étude, d’expression théâtrale et de sensibilisation à la sexualité. Et la ferme agro écologique, l’un de nos projets Sahel Vert financés grâce à nos récoltes durant ces dernières années.

Ensuite installés dans notre « chez nous » pour les 2 semaines suivantes au petit séminaire à Koudougou. Un des moments fort de ces premiers jours fut la rencontre avec nos correspondants que ce soit les échanges, les chants, les danses, nous faisons des rencontres hautes en couleurs.

Malgré l’émerveillement devant les paysages, quelque chose persiste à nous interpeller : tous ces déchets qui jonchent le sol. Notre immersion assainissement prend désormais tout son sens. La population locale ne peut continuer de vivre entourée de déchets parsemés sur son territoire. Parés de nos gants, de nos sacs poubelles, de nos chasubles et de nos masques, nous parcourons les sentiers de Koudougou avec nos correspondants non seulement pour ramasser les déchets mais aussi pour sensibiliser la population.

En parallèle, certains ont déjà participé à l’immersion théâtre et à l’immersion économique durant laquelle ils ont eu l’occasion de partager le quotidien d’un.e Burkinabé.e que ce soit dans un restaurant (un maquis comme on dit ici), chez un réparateur de gsm ou encore chez un tisseur.

Une autre immersion tout aussi marquante fut la matinée passée à Réo, un petit village d’agriculteurs en banlieue de Koudougou. Dans les familles qui nous ont accueillis, nous avons eu l’occasion de préparer le To (spécialité burkinabée) dans leur case à peine plus grande que notre chambre. Nous fûmes confrontés de nombreuses fois à des réalités si différentes de nos habitudes : voir des enfants âgés de 8 ans portant des bassines d’eau plus lourdes que leur propre poids, pillant le mil avec une force incroyable et préparant le repas pour leur famille… Bref, de quoi bien se remettre en question.

Accueillis à bras ouverts, nous nous sommes lancés dans notre quotidien burkinabé. Nous nous sentons de plus en plus chez nous sous ce soleil d’Afrique. Nous avons déjà nos petites habitudes : nos rassemblements avant de commencer la journée, les repas d’Etienne, les pannes des bennes sans oublier nos 4 litres d’eau par jour, et notre dose de crème solaire.

Nous pensons fort à vous, en ce moment même, en chantant « les Belges en demi-finale »!


Inscrivez-vous à notre newsletter