De retour du Burkina...

Le 08/12/2014
                                
Alice, bénévole à DBA, a accompagné son papa, Laurent, membre du Conseil d'Administration, au Burkina pour les 20 ans d'ASMADE.
Elle nous raconte à quel point ce séjour a été différent des autres et comment il l'encourage à continuer son engagement au quotidien.

Retour sur une semaine pas comme les autres...

« J’ai été très chanceuse de pouvoir passer une semaine au Burkina, qui plus est avec mon papa et ma sœur Céline et je m’en rends bien compte. Ce fut une semaine enrichissante à tous niveaux.

À travers les activités organisées à l’occasion des 20 ans d’ASMADE, j’en ai appris énormément sur le monde des ONG, sur les relations partenariales, passionnantes et complexes, et sur notre partenaire en particulier.

J’ai pu découvrir des réalités que nous n’avons pas l’occasion de voir durant le mois de juillet. Les classes bondées des écoles primaires et pourtant encore trop d’enfants dans les champs, le combat quotidien des étudiants pour apprendre leurs leçons parfois en révisant sous un lampadaire au bord de la route, un travail impressionnant abattu par les jeunes bénévoles et les RED Bernard et Jean-Urbain à Ouaga et Koudougou pour les Do It 2015, pour des formations de qualité, pour une mobilisation de la jeunesse burkinabè à construire un Burkina d’avenir et toujours cet espoir qu’un jour les choses changent.

Mais ce qui a rendu cette semaine unique a été de pouvoir vivre aux côtés de mon papa son retour au Burkina après 21 ans d’absence sur les terres d’Afrique mais aussi 21 ans d’engagement en Belgique ; de lui montrer ce qui se construit ici depuis si longtemps, une jeunesse qui se bouge, qui commence à son tour à créer des actions de solidarité, des amitiés fortes créées en Do It et des défis relevés depuis 25 ans qui portent leurs fruits. 

Son émotion devant les réalisations des micro-barrages m’a fait prendre conscience de la beauté de nos actions avec ASMADE, de l’impact déjà grand qu’elles ont sur les populations et de l’importance de vivre de projets avec et pour les autres.

Une chose est sûre, je reviens avec une envie de m’engager encore plus présente et profonde, car comme on le chante au Burkina "la jeunesse est sur la bonne voie oh" mais il reste tellement de choses à faire encore. »

Alice